Pis aller

22 septembre 2016 § 2 Commentaires

Emprisonnée dans un carcan, je ne peux vraiment bosser sur des dentelles, je n’ai plus ni préhension ni sensibilité du pouce, impossible de manipuler des fils fins. On va essayer avec des très gros, histoire de ne pas rester à ruminer.

Du coup, devant le prix des gros fuseaux, j’ai cherché une parade : des tourillons de bois, des capsules de bouchons en caoutchouc, du trapilho : avec ça, le plus rigide des bras devrait s’adapter.

Publicités

Tagué :,

§ 2 réponses à Pis aller

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Pis aller à Infinitudes. Stéphanie Salinères.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :